Le compte à rebours est lancé. Il ne reste plus qu’un mois à tous les propriétaires de site web pour vite se conformer à la deadline fixée par Google pour rendre compatible son site aux smartphones. Le 21 avril 2015, Google passe donc à l’offensive avec une importante mise à jour algorithmique. Et Google a le mérite de nous prévenir à l’avance :

Starting April 21, we will be expanding our use of mobile-friendliness as a ranking signal. This change will affect mobile searches in all languages worldwide and will have a significant impact in our search results. Consequently, users will find it easier to get relevant, high quality search results that are optimized for their devices.

L’occasion, à un mois de cette mise à jour, de faire un point sur les les conséquences, les actions à mener et les futures réflexions qu’amène ce grand changement.

Rendre site mobile friendly

Les conséquences de cette annonce

Google a récemment annoncé que ce changement algorithmique du 21 avril 2015 concernera près de 40% des sites ! Ce qui est tout simplement gigantesque. Cette mise à jour fait donc partie des plus grandes mises à jour du moteur de recherche Californien. Zineb Ait Bahajji, membre de l’équipe Webmaster Trends a déclaré que ce changement d’algorithme aura « plus d’impact que les mises à jour de Google Panda et Google Penguin ».

Cet algorithme sera pris en compte page par page et évalué en temps réel.

Ce changement apporte des indications importantes sur les orientations du moteur de recherche pour le futur : avoir un contenu pertinent sur tous les devices. On y revient plus tard à la fin de cet article.

Les étapes pour obtenir le label « mobile friendly »

Voici les grandes étapes à vous affranchir pour être certain d’avoir le sourire le 22 avril prochain :) :

Adapter le contenu aux mobiles

Trois grandes solutions s’offrent à vous pour rendre compatible votre site aux mobiles :
– Rendre votre site responsive design : fournir le même contenu html mais avec un agencement différent selon la taille des écrans (souvent géré avec des medias queries).
– Dynamic serving : option souvent peu utilisée, elle permet de livrer un contenu html différent sur la même url.
– Version mobile : le contenu html est différent et proposé sur une url également différente. Souvent en sous domaine (www.exemple.fr devient ainsi mobile.exemple.fr)

Et si vous vous posez encore des questions sur les critères de compatibilité mobile, Google organise un hangout de questions-réponses « Mobile Friendly Ranking Change » « le 24 mars 2015 à 19h. Pour poser d’ores et déjà vos questions, ça se passe ici : https://plus.google.com/events/cgrhsak37eulru740mgiudrhidk

Eviter les erreurs de conception

Google a là aussi pris les devants en indiquant les erreurs les plus fréquentes qu’il rencontre sur les versions mobiles. Elles sont classées en plusieurs catégories :

– Fichiers JS, CSS ou images bloquées : souvent le cas dans la configuration du robots.txt,
– Contenu illisible : cela ne doit concerner que peu de sites, mais rappelons tout de même que le flash est plus que proscrit,
– Redirections incorrectes : certaines pages sont mal redirigées,
– Pages 404 présentes uniquement sur mobile,
– Préférez les bannières html plutôt que les interstitiels pour vos pubs, qui peuvent nuire à l’expérience utilisateur du mobinaute.
– Lien transverse non pertinent : il est souvent d’usage de mettre un lien vers la version desktop dans le footer de la version mobile. Attention à rediriger vers les pages pertinentes et non pas vers la home page,
– La vitesse du site mobile : elle doit être un point d’attention important afin que le mobinaute puisse naviguer malgré des réseaux capricieux.

Tester son site mobile

Une fois ces deux étapes effectuées, vous pourrez tester si aucun problème ergonomique n’est rencontré par le bot mobile : https://www.google.com/webmasters/tools/mobile-friendly/.

A noter que cet outil vous permettra de tester page par page, car pour rappel, Google procédera à une sanction non pas sur l’ensemble du site, mais sur les pages non adaptées.

test compatibilité mobile google

Avant de mettre en ligne, pensez à tester la compatibilité

Déclarer sa version mobile à Google

Là encore les méthodes ne sont effectivement pas les mêmes si l’on a opté pour un design responsive ou un contenu différent avec (ou non) des urls différentes.

Le document de Google rappellera ici les grandes règles à respecter en matière de redirection : https://developers.google.com/webmasters/mobile-sites/mobile-seo/configurations/?hl=fr.

21 avril 2015, ok et après ?

Gary Illyes, webmaster trends analyst chez Google, a indiqué que l’idée d’un index séparé commençait à voir le jour chez Google. Certes, rien n’est encore précisé mais cela fait naitre beaucoup de questions concernant l’optimisation SEO de sa version mobile.

Si dans quelques mois Google lance 2 moteurs indépendants, pourquoi avoir mis en avant le design responsive ? N’est-ce en effet pas plus simple pour les éditeurs de site d’adapter le contenu avec une version spécifique pour le mobile ?

Et vous, êtes-vous prêt pour le petit séisme algorithmique qui nous attend le 21 avril 2015 prochain ?

Share Button