Enfin morts, pas tout à fait. Les cookies sont tout de même de plus en plus remis en question.
Vous avez vu ces petites annonces qui fleurissent sur les sites depuis quelques mois : “En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies…”

Au jeu du chat et de la souris, les marketeurs ont toujours un coup d’avance ! Les cookies sur le déclin, le fingerprinting semble être la suite toute trouvée.

Définition du fingerprinting

le fingerprinting remplace le cookie

Vers la fin du cookie au profit du fingerprinting ?

Tout comme l’empreinte digitale humaine, le fingerprinting est un algorithme permettant d’identifier un internaute via une empreinte numérique.

Comme vous le savez, votre navigateur regorge d’informations. Ces informations vont donc être recoupées pour pouvoir isoler un internaute.

Toutes ces données vont former une signature, appelée fingerprinting. Alors que verrouiller les cookies est un jeu d’enfant, se protéger de cette signature digitale unique est plus complexe !
Une preuve ? Faites un petit test pour visualiser les informations que renvoient votre navigateur : https://panopticlick.eff.org/.

D’après l’EFF (https://www.eff.org), c’est plus de  8 internautes sur 10 qui peuvent être identifiés.
Ça fait peur non ?

Quelles sont les informations qui forment le fingerprinting ?

Pour définir l’empreinte digitale, les informations suivantes peuvent être pris en compte :

– User Agent,
– Le HTTP Header,
– Les plugins installés,
– Les logiciels installés,
– La taille de l’écran,
– Le fuseau horaire.

Quel est l’avenir de cette technologie ?

Aux états-Unis, la société Adstack (rachetée récemment par TellApart) utilise cette technologie pour ces clients. Les données issues du fingerprinting sont utilisées pour offrir un contenu personnalisé à l’internaute dès lors qu’il…ouvre l’e-mail. Le contenu délivré s’adapte en fonction des informations tirées de votre navigateur et de votre historique de navigation.
Une autre société aux Etats-Unis utilisent cette technologie pour pouvoir suivre un Internaute sur tous les devices (www.tapad.com).

Malgré ces quelques initiatives, l’utilisation reste pour le moment surtout cantonné à une logique juridique (détection de fraudes, etc.).
Mais il est fort à parier que les marketeurs finiront par s’emparer de cette technologie même si elle reste encore très discrète. Les utilisateurs actuels ne souhaitent pas trop parler du fingerprinting pour ne pas voir des levées de boucliers. Le risque est bien évidemment sur ce point : la vie privée des internautes est mis à mal. Et nul doute que la fronde se fera plus forte dès l’instant où la technologie sera démocratisée.

 

Share Button